La Mer

La mer de la « Perla dello Jonio » est l’un des plus beaux sites balnéaires d’Italie et du monde : presque 10 km de littoral qui vont de la gare ferroviaire jusqu’à la limite avec la commune de Letojanni. Pour profiter des magnifiques côtes se trouvant près de Taormine, il est conseillé de s’en remettre à un batelier et de se laisser conduire le long des parties les plus intéressantes de la côte : on pourra y découvrir des falaises en surplomb, des récifs, des grottes et de splendides criques.

Des jeux de lumière fascinants, provoqués par les reflets du soleil, par le vert qui dans certaines zones de la côte est d’une intensité absolue, par la couleur des rochers à pic sur la mer et des algues sur les fonds. Des eaux chatoyantes, surtout à l’intérieur des grottes pittoresques. La plus spectaculaire d’entre elles est la très célèbre « Grotta Azzurra ». La « Grotte Bleue » est l’une des grottes enchanteresses que l’on trouve sur les littoraux rocheux des plages de Taormine : celle-ci est située au Cap de Sant’Andrea. On y entre en barque, en groupes ou individuellement. Pour les amoureux en vacances, c’est évidemment une étape obligée, d’une rare force suggestive et exaltante.

Les autres localités maritimes célèbres qui font partie du territoire de Taormine sont la Baie des Sirènes dans le golfe de Spisone, la petite Baie de Mazzarò, véritable attraction délimitée par le Cap de Sant’Andrea, lui-même complété par l’Isola Bella qui vient fermer une petite baie, un pôle maritime caractéristique et exclusif de la zone, connu pour la beauté de ses couleurs marines et apprécié non seulement par les résidents mais aussi par les touristes. Parmi les autres délimitations géographiques, nous rappelons également, les récifs présents à Cap Taormine.

les parcs marins

Isola Bella

L’Isola Bella est l’une des destinations obligatoires pour ceux qui viennent en vacances dans la « Perla dello Jonio ». L'îlot qui se dresse au milieu de la baie, appartenant anciennement à une riche famille, est aujourd’hui une Réserve Naturelle de la région Sicile. On trouve sur son territoire des exemplaires de faune et de flore uniques au monde. La baie avec les hautes arêtes du Mont Tauro protège la plage des courants et des vents trop forts, assurant un climat particulièrement doux même en hiver. La beauté du lieu et la particularité des conditions atmosphériques ont fait de l’île un lieu de villégiature dès le XIXème siècle. Restée à l’abandon jusque dans les années 50 du XXème siècle, l’île a finalement été achetée en 1990 par la région Sicile, qui en a fait une réserve naturelle gérée par le WWF Italie. C’est une aire marine protégée qui fait partie des Parcs Marins de la Sicile. L’aire est divisée en deux zones : la zone A comprend l’île, les rochers, l’isthme sableux, tandis que la zone B comprend le promontoire de Sant’Andrea et la plage jusqu’à la ligne ferroviaire. Dans la flore spontanée, à laquelle se mélangent beaucoup de plantes exotiques, de nombreux oiseaux nidifient. La mer attire les passionnés de seawatching, pour la richesse de sa faune piscicole et pour la beauté de ses fonds marins. Les passionnés d’activités sous-marines peuvent explorer les profondeurs marines riches en flore méditerranéenne et aller jusqu’au rocher de « Zi Gennaro », qui se caractérise par un fond ne dépassant pas les 10 mètres, mais qui en allant vers le large descend subitement à 45 mètres.

Îles Ciclopi

À quelques milles de l’Isola Bella vers le sud, sur la suggestive Costa Jonica, nous avons un autre parc marin, les « Isole Ciclopi ». Cette aire marine protégée, instituée en 1989, s’étend sur 660 hectares et comprend le territoire d’Aci Castello, d’Aci Trezza, de Capo Mulini et un petit archipel dont les îles sont : Lachea, Faraglione Grande, Faraglione Piccolo et Faraglione degli Uccelli. L’aire marine est caractérisée par une grande biodiversité. Les fonds riches en renfoncements, grottes et falaises abritent une végétation foisonnante d’espèces, qui donnent vie à un paysage changeant selon la profondeur. On y trouve facilement des rochers très anciens avec des éponges et des gorgones, des hippocampes et de timides syngnathes, des étoiles de mer, des groupes de sars et autres poissons colorés, au point de se croire dans une mer tropicale. L’aire qui est née des premières manifestations de l’activité volcanique de l’Etna a également créé à la surface avec les « Faraglioni » un lieu d’une beauté incomparable. L’aire marine protégée « Isole Ciclopi » est gérée par une association de la commune d’Acicastello et de l’Université Catania-Cutgana, pour favoriser et promouvoir un développement compatible avec la vocation touristique locale. Les initiatives pour les amateurs du monde sous-marin sont nombreuses. Des experts qualifiés peuvent guider les touristes dans des plongées à la découverte de la faune des poissons et des merveilles archéologiques gardées sous l’eau. En effet, de véritables itinéraires sous-marins ont été créés, ils se nomment : Stagnitta - Itinéraire Archéologique - Maison du Prince - Punta Aguzza – Phare de Capo Mulini - I Panettoni - Pietra del Lido - Faraglione di Mezzo - Faraglione Piccolo. Un bateau à la coque transparente permet à 30 touristes d’admirer en toute sécurité les fonds majestueux avec les explications de spécialistes en biologie marine. Pour les informations et les visites, contactez le siège de l’association auprès de la commune d’Acicastello, via Dante 28 ou bien dans l’office du tourisme d’Acitrezza, via Provinciale 226 – tel./fax 095-7117322 – courriel : amp@isoleciclopi.it - www.isoleciclopi.it

Îles Pelagie

Les Îles Pelagie instituées aire marine protégée en 2002 sont formées de Lampedusa, Linosa et Lampione, un îlot rocheux non habité. La principale caractéristique des Pelagie est la présence sur les plages de Lampedusa de la tortue marine, qui a choisi cette île pour déposer ses œufs. Les fonds transparents sont colonisés par des éponges, des tuniciers, des serpules, des madrépores, des bryozoaires. L’aire est extrêmement riche en poissons tels que les sérioles, les dentis, les bonites et les maquereaux. www.isole-pelagie.it

Île d’Ustica

L’Île d’Ustica, devenue aire marine protégée dès 1986, est un véritable paradis pour les plongeurs. D’origine volcanique, elle présente des côtes découpées et riches en criques. Parmi les plus suggestives, il y a Cala Sidoti, Cala Santa Maria et Corruggio. Dans les fonds poissonneux, on rencontre des muges, des sars, des bars, des daurades, des poulpes, des murènes, des corbines, de grands mérous qui se laissent approcher sans crainte. Un bateau à moteur touristique permet aux passagers d’admirer les splendides fonds marins à travers les grandes vitres de la coque. L’aire propose quelques parcours marins avec des masques et des palmes accompagnés de guides spécialisés. Un aquarium situé à Punta Spalmatore reproduit l’environnement marin pour sensibiliser les visiteurs.

Isola delle Femmine - Capo Gallo

L’île devenue aire marine protégée en 2002 est localisée dans le Golfe de Carini. Elle conserve un patrimoine floristique de plus de 144 espèces et elle offre un refuge à une colonie de goélands argentés, de cormorans, de hérons et de martins-pêcheurs. Les fonds qui entourent l’île sont intéressants : ils sont riches en posidonies, en luxuriantes gorgones rouges où se cachent des mérous et des langoustes. Dans les bas fonds, vivent des étoiles de mer, des hippocampes, des poulpes, des oursins... La flore sous-marine de l’île présente également plus de cent espèces d’algues dont la Cystoseira mediterranea.

Les Îles Éoliennes

Le Îles Éoliennes, également appelées Îles Lipari, ont été déclarées en l’an 2000 Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco. C’est un archipel d’origine volcanique, situé dans la mer Tyrrhénienne, dans la province de Messine, au nord de la côte sicilienne. Il comprend deux volcans actifs, Stromboli, le plus connu pour ses éruptions continuelles, et Vulcano, sans parler des différents phénomènes de vulcanisme présents sur la plupart des îles, tels que les fumerolles et les sources d’eau chaude qui atteignent des températures incroyables et qui sont utilisées pour des bains thermaux, des boues etc... L’archipel est composé des îles suivantes : Lipari, Vulcano, Alicudi, Filicudi et Salina, Panarea avec les îlots basaltiques de Basiluzzo et Lisca Bianca, et enfin, Stromboli avec son voisin, le rocher de Strombolicchio. D’après la mythologie grecque, les îles prennent leur nom du dieu Éole, roi des vents. Éole se réfugia sur ces îles et leur donna un nom, grâce à sa réputation de dompteur des vents. Les sept îles ont des caractéristiques complètement différentes, de la chic et mondaine Panarea, à la sauvage et la plus retirée Alicudi, mais toutes se trouvent enchâssées dans cette même mer extraordinaire. Une mer d’une eau transparente aux couleurs allant du bleu cobalt au vert turquoise, pleine de vie et de témoignages du passé, avec des sites archéologiques cachant les épaves de bateaux riches de trésors. Les fonds marins des îles vont jusqu’à une profondeur de 2 000 mètres, créant un décor merveilleux de grottes, de falaises, de montagnes submergées, de parois rocheuses d’obsidienne, de fonds de pierre ponce blanche, de sèches... qui a fait de l’archipel la destination la plus convoitée par les plongeurs, qui peuvent y admirer des panoramas sous-marins d’une rare beauté. La vie marine des îles foisonne de toute sorte de poisson et de végétation. Des prairies de posidonies et de gorgones cachent toute la variété de la faune marine, des crustacés, des mollusques, des poissons bleus, des langoustes, et l’espadon et le thon abondent dans toutes les îles. C’est pour sa très haute valeur en terme d’histoire, de culture et de nature que l’Unesco a voulu préserver cette aire marine. Les beautés de la nature précédemment citées donnent un excellent exemple de combien la mer de Taormine, et plus généralement de toute la Sicile, peut réellement offrir aux touristes. On atteint véritablement le comble de la beauté et de la merveille quand on ajoute à tout cela les monuments et le bagage historique et culturel du site que l’on veut visiter.